scroll

Pourquoi le frelon asiatique est-il dangereux pour l'abeille ?

Abeilles

27 Janvier 2020

Le frelon asiatique ou Vespa velutina est une espèce d'hyménoptères de la famille des guêpes. Classé nuisible de catégorie 2 en 2012, le frelon asiatique est très gourmand en protéines et s’attaque à toutes les sortes d’insectes. En France, il ne connaît aucun prédateur et il est donc difficile de réguler sa présence naturellement. Sa taille deux fois plus importante que l’abeille le rend d’autant plus dangereux. Originaire des zones tropicales de l’Asie, il se nourrit de fruits et de nectar présents en abondance. En France, c’est en 2004 que l’on remarque le frelon asiatique pour la première fois. Il semblerait alors qu’ils soit arrivé accidentellement par le biais de conteneurs de poteries chinoises transitant par le port du Havre. 

 

Vespa velutina est extrêmement nuisible et peut rapidement détruire des ruches d'abeilles domestiques. Déjà touchées par différents parasites, les abeilles sont sans défense face au frelon asiatique contrairement aux apis cerana (abeilles asiatiques) qui ont développé des moyens de protection contre lui. Le parasite peut attaquer les ouvrières en vol mais sa méthode privilégiée est d’attendre à l’entrée des ruches en vol stationnaire et d’attaquer dès le passage d’une abeille. Grâce à sa taille et à ses grandes pattes, il ne laisse aucune chance à l’abeille de pouvoir s’échapper. Il la capture, découpe les ailes, la tête, les pattes et l'abdomen pour ne garder que la partie du thorax qui est concentré en protéines. Enfin, il la transforme en boulette pour nourrir ses larves. La menace du frelon asiatique crée du stress pour la colonie qui est alors occupée à se défendre et à subir de nombreuses pertes. Les abeilles récoltent moins de nectar et de pollen rendant la ruche dysfonctionnelle. Le frelon asiatique ne recule devant rien, il est même capable de rentrer à l’intérieur de la ruche pour aller piller le couvain. Il suffirait simplement de cinq frelons pour décimer une ruche entière.

 

Impactés depuis 15 ans en France, les apiculteurs commencent à voir des solutions émerger pour sauvegarder leurs colonies. La plus efficace reste naturellement de trouver les nids et de les faire détruire par un professionnel. On peut déplacer régulièrement les ruches afin de les éloigner du frelon quelques temps. Augmenter le nombre de ruche s’avère aussi être une solution, il s’agit d’installer plus de 20 ruches afin d'étaler les attaques et de relâcher la pression des colonies. Il est également possible d’équiper les ruches avec des muselières spécialement conçues à cet effet. Ce sont en fait des planchers de vol plus longs et munis de grillage empêchant alors le frelon d’entrer. Ainsi, les abeilles disposent d’une zone tampon pour déstresser. Simple et efficace, on peut réaliser des pièges dits “sélectifs” : bouteille avec des petits trous permettant au frelon d’entrer mais pas de sortir, cage avec grille à reine... ces solutions avec de la surveillance ont l’avantage de ne pas nuire aux autres espèces. Une sorte de harpe électrique a été mise au point pour électrocuter le parasite. Grâce à des fils entrelacés à la taille des frelons, les abeilles ne risquent pas d’être impactées. Une belle initiative éprouvée par certains apiculteurs consiste à faire cohabiter les poules et les ruches. La poule s'attaque aux frelons, mais l’équilibre est fragile puisqu’elles peuvent aussi manger les abeilles.

 

Afin de limiter la prolifération de l’espèce, un arrêté du 22 janvier 2013 interdit, sur tout le territoire national Français, l'introduction volontaire dans le milieu naturel de spécimens vivants du frelon à pattes jaunes Vespa velutina.