scroll

Les ouvrières, cœur battant de la ruche

Abeilles

16 Avril 2019

Les ouvrières régissent entièrement la ruche. Elles ont une vie rythmée par les tâches de travail pour faire vivre la colonie. Tout au long de leur existence, les ouvrières assument différents rôles comme de vraies logisticiennes. Développement des larves, apport en nourriture, création de nouvelles reines.... Sans elles, la ruche ne tournerait pas.

 

L’abeille ouvrière naît 21 jours après la ponte. Contrairement à la reine, elle sort d’un œuf fécondé déposé dans une cellule de taille normale. Elle mesure généralement un peu plus d’1 cm avec des ailes couvrant tout son corps et un abdomen plutôt fin lui permettant d’être agile. Nées pour travailler avec acharnement, les ouvrières ont des organes bien développés : une longue lèvre inférieure dotée d’un grand canal destiné à aspirer le nectar, des pattes “outils” facilitant la récolte et le transport de pollen ainsi que deux mandibules crochues permettant le nettoyage et la fabrication de cire.

 

Comme vous le savez déjà, la doyenne de longévité est la reine qui vit jusqu’à 5 ans. L’ouvrière, quant à elle, vit en moyenne de 5 à 6 semaines (en été) et de 5 à 6 mois (en hiver). Le travail étant moins intense en période hivernale, elles vivent alors plus longtemps. À peine née, l’ouvrière est déjà au travail et alterne les rôles jusqu’à la fin de sa vie : du 1er au 3e jour elle est nettoyeuse, du 3e au 9e jour elle est nourrice, du 9e au 12e jour elle est magasinière, du 12e au 18e jour elle est cirière, du 7e jour au 21e jour elle est ventileuse, du 15e au 25e jour elle est gardienne et enfin du 22e jour jusqu'à la mort, elle est butineuse. Certains rôles se chevauchent parfois mais nous y reviendrons plus en détails dans de prochains articles.

 

Durant les mois d’hiver, ce sont elles qui garantissent une température optimale à l'intérieur de la ruche. Pour ce faire, elles se serrent les unes contre les autres et battent des ailes réchauffant ainsi la ruche. Toujours en respectant leur principe de solidarité, elles se relaient tour à tour pour maintenir la bonne température. Pour passer l’hiver, toute la colonie vit grâce au miel récolté à la saison précédente et stocké dans la ruche.